ZOO
couverture de l'album

Série : TénébreuseTome : 1/2Éditeur : Dupuis

Scénario : Hubert, Vincent Mallié

Collection : Aire Libre

Genres : Fantastique

Public : À partir de 12 ans

Prix : 19.95€

  • ZOO
    note Zoo5.0

    Scénario

    4.0

    Dessin

    5.0
  • Lecteurs
    note lecteurs4.0
    1 note pour 0 critique

Le synopsis de l'album

Il était une fois un chevalier déchu et une jolie princesse à délivrer... Méprisé par ses anciens compagnons d'armes pour un crime qui entache à jamais sa réputation, Arzhur erre de tavernes en champs de bataille à la recherche du prochain contrat qui remplira sa bourse. Une nuit, trois mystérieuses vieilles femmes lui proposent le pacte dont rêvent tous les mercenaires : retrouver honneur et fortune en délivrant une fille de roi, retenue captive dans les ruines d'un château abandonné. Malgré la méfiance de son écuyer, Arzhur accepte le marché et livre un combat sans pitié aux monstres qui gardent la princesse. Mais Islen n'est pas la frêle jeune fille en détresse qu'il imaginait sauver... D'où viennent ses obscurs pouvoirs, que tout le royaume semble redouter ? Quels liens l'unissent aux trois vieilles qui ont payé Arzhur pour la libérer ? Victimes d'un complot dont ils n'ont pas toutes les clés, les jeunes gens s'allient pour reprendre leur destinée en main.


La critique ZOO

Dans un Moyen Age où rôde la magie noire, une princesse doit lutter contre ses démons intérieurs, malgré une vie en harmonie apparente avec la nature. Elle finit par affronter un lourd héritage. Puissant par le dessin comme par le récit.

Arzhur vit l’opposé d’un conte de fées. Il n’est plus un preux chevalier mais un vulgaire homme de main. Il ne va pas délivrer une honnête princesse qui l’embrassera avec passion, mais une princesse volontairement recluse dans un château, Islen, protégée par des animaux peu catholiques (ni orthodoxes), et qui porte un lourd fardeau. Il n’y a pas trois gentilles fées qui font office de marraines, mais trois horribles vieilles femmes (sans doute pas humaines). Arzhur ne peut faire bombance avec de la viande, car la princesse est végétarienne. Enfin, de retour sur les terres de son Père, Islen n’est pas accueillie à bras ouverts, mais vilipendée... Car si elle est d’une grande beauté, elle est également Ténébreuse, cette princesse. Comme sa mère... Et dans le château du roi, de sombres complots s’ourdissent...


Vincent Mallié propose un dessin parfaitement maîtrisé

Vincent Mallié propose un dessin parfaitement maîtrisé
© Dupuis, éditions 2021

Vincent Mallié nous assène un dessin parfaitement maîtrisé, à l’esthétique indiscutable. Ses trois vieilles sont assez terrifiantes. Sa mise en scène est spectaculaire. Les campagnes évoquent un froid Moyen-âge, dans le nord de l’Europe ou en Angleterre. Les forêts semblent mystérieuses et humides. Les châteaux massifs et austères. Le bougre sait créer une ambiance ! On ressent le bénéfice du travail qu’il a accompli avec Régis Loisel, sur la suite de La quête de l’oiseau du temps et sur Le grand mort. Et on aime ça ! Même si l’heroic-fantasy est ici moins prégnante que dans La quête, on ne peut s’empêcher de penser à la mythique série...


Le scénario d'Hubert est très solide

Le scénario d'Hubert est très solide
© Dupuis, éditions 2021

Le scénario d’Hubert, hélas décédé depuis, n’est peut-être pas dans les plus originaux de cet auteur (comparé à Peau d’homme ou Miss Pas Touche, par exemple,), mais il est très solide. Et pas innocent : sous la beauté, la différence. Une monstruosité projetée par les autres jusqu’à devenir réelle. Fatalité ?

Et que les futurs lecteurs de ce tome 1 de Ténébreuse soient rassurés : ils pourront lire la suite, le scénariste avait fini son œuvre.


Les 2 actualités autour de l'album

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants