ZOO

Thorgal - T37 : L'ermite de Skellingar (Novembre 2019)

couverture de l'album L'ermite de Skellingar

Série : ThorgalTome : 37/37Éditeur : Le Lombard

Scénario : YannDessin : Fred VignauxColoriste : Gaétan Georges

Genres : Aventure

Public : Tout public

Prix : 12.45€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist
série

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Si Thorgal devait couler des jours paisibles entouré de sa chère épouse Aaricia, son fils Jolan et sa fille Louve, voilà qui sonnerait le glas de la série ! Mais à peine remis de ses aventures au Moyen-Orient, voilà qu’une jeune femme tente de le poignarder pour se venger de ses crimes passés. Yann et Vignaux, tous deux adoubés par Grzegorz Rosinski pour reprendre le flambeau de sa prestigieuse série, se révèlent tous deux épatants pour ce premier tour de piste.

Le défi était de taille : créer la suite des aventures de Thorgal après « l’ère Yves Sente » qui avait lui-même succédé à Jean Van Hamme. Le scénariste créateur de la série estimait alors n’avoir plus rien à raconter sur son personnage devenu emblématique d’un genre oscillant entre science-fiction et folklore viking. Mais après un début prometteur, l’ambitieux projet de reprise de Sente a viré assez rapidement au cafouillage et ni Xavier Dorison qui lui succéda le temps d’un épisode, ni Yann qui devait obligatoirement conclure le cycle précédent avec une marge de création plus qu’étriquée n’ont pu éviter le semi-naufrage de la série. Il faut dire que le changement de registre graphique de Rosinski avec l’usage d’une couleur directe devenue écrasante n’a pas contribué non plus à renouer avec l’image laissée par « l’ère Van Hamme ».

Ce très inspiré one-shot imaginé par Yann remet les choses en place et renoue avec l’épisode où Thorgal, tombé sous le charme et l’influence maléfique de Kriss de Valnor, était devenu cet horrible tueur nommé Shaïgan-sans-merci. Fred Vignaux qui avait déjà achevé la série parallèle consacrée à Kriss de Valnor renoue, lui aussi, avec le trait de Rosinski de jadis avec une belle aisance dans son dessin. Sa palette de couleurs et sa mise en scène s’avèrent épatantes dans les nombreuses scènes d’action muettes. Voilà un nouveau départ qui s’annonce prometteur.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants