ZOO

Akata ne sépare pas garçons et filles

La maison d’édition Akata se détache complètement des catégories genrées de shojo et shônen avec la nouvelle présentation de ses collections.

Akata s’est toujours distingué des autres éditeurs de manga par son rapport aux genres. Au Japon, plutôt que d’être présentés sous des catégories comme science-fiction, romance ou horreur, les mangas sont classés par rapport au public, dans des collections genrées pour chaque âge : shojo puis josei pour les filles, shônen puis seinen pour les garçons. Si la plupart des maisons françaises copient ce mode de fonctionnement, Akata s’en est éloigné dès le départ, refusant la pratique habituelle de « bleu pour les garçons, rose pour les filles » afin d’en flouter les séparations. À cela s’ajoute dès la création de la maison une collection résolument mixte.

Pour la rentrée, Akata change de logo et en profite pour réorganiser ses collections, pour prendre ses distances avec les catégories genrées. Annoncée début septembre sur leur chaîne YouTube, cette transformation rassemble tous les livres dans trois collections par âge, Small, Medium et Large : S pour les enfants en vert émeraude, M en rouge pour les adolescents et gris bleuté pour les adultes et jeunes adultes qui lisent du L. Pour ne pas perturber l’esthétique des bibliothèques, les séries débutées avant la rentrée garderont l’ancienne maquette et la nouvelle gardera les mêmes dimensions.

Ce changement de couleur n’affectera pas la collection « WTF? » ni les deux nouvelles collections « Shojo Feel Good » et « One Shot Shojo ». Sans se défaire totalement du nom de shojo, genre pour lequel Akata a une affection particulière, les éditeurs portent dessus un regard neuf. La première collection rassemble des séries bien-être, arborant un code couleur bleu et jaune pour son aspect solaire, tandis que la seconde assume un rose ironique avec des choix éditoriaux qui se détachent des attentes habituelles des mangas pour jeunes filles, dans la lignée de Bless You ou Entre deux.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants