ZOO

Le Manhua, cette bande dessinée venue de Chine

Le Nouvel An chinois, aussi appelé fête du printemps, c’est ce vendredi 12 février 2021. À l’occasion de cette année du Buffle de métal, apprenez-en un peu plus sur la bande dessinée chinoise: le manhua.

Le manhua est le nom donné à la bande dessinée en Chine, des œuvres assez peu connues en occident. Les auteurs de manhua sont appelés manhuajia. On différencie le terme manhua de lianhuanhua, qui désigne une bande dessinée plus traditionnelle, même si ce mot est de moins en moins utilisé. Contrairement au manga, le manhua se lit comme chez nous, de gauche à droite avec une abondance de couleurs. Il possède également ses propres codes graphiques, les dessins sont souvent très réalistes. Attention à ne pas confondre avec le Manhwa qui désigne la BD coréenne.

Des Unes du Croquis de Shangai

Des Unes du Croquis de Shanghai

Un art de masse pour le Parti communiste

Le premier magazine chinois de manhua, Le Croquis de Shanghai, est apparu en 1928. On compte environ 17 magazines du genre paru à Shanghai entre 1934 et 1937 environ 17 magazines. Ils ont surtout été utilisés comme outil de propagande au début de la Deuxième Guerre sino-japonaise. Les plus grands dessinateurs de l’époque ont été affectés au travail de bande dessinée et d’affiches des années plus tard avec la prise de pouvoir du Parti communiste chinois. Ils considéraient cet art de masse comme plus noble que les arts bourgeois. Depuis les années 1950, le marché de manhua de Hong-Kong a été séparé de celui de la Chine continentale. Le transfert de souveraineté de Hong-Kong à la République populaire de Chine en 1997 a permis une réunification des deux marchés, avec une importante autocensure.

Soul Land est un manhua très populaire en Chine

Soul Land est un manhua très populaire en Chine
© Nazca


C’est surtout l'ouverture de la Chine au marché global au début des années 80 qui a permis à la bande dessinée du pays au soleil levant de se développer. Elle a aussi permis aux Chinois de découvrir la BD européenne, américaine et japonaise, donnant de nouvelles sources d'inspiration aux auteurs qui adoptent le principe des planches découpées en cases intégrant les dialogues. La jeune génération s’est surtout passionnée pour le manga.

La place du manhua en France

L'un des manhuas les plus connus est sûrement Soul Land, considéré comme le One Piece Chinois par sa popularité. Cette bande dessinée compte 52 tomes en Chine et elle est encore loin du jour où elle va se terminer. Cette œuvre est débarquée en France en 2020 avec l’éditeur Nazca, 3 tomes sont parus pour l’instant.

Remember et The Celestial Zone sont des œuvres précurseurs en France

Remember et The Celestial Zone sont des œuvres précurseurs en France
© Xio Pan / Editions du Temps

Xiao Pan et Toki sont les premiers éditeurs à se lancer dans la bande dessinée chinoise sur le territoire français. Il y a eu quelques tentatives d’incursions de manhua par le passé, mais c’est essentiellement en 2006 que le lectorat français découvre cet art chinois avec Remember de Benjamin et The Celestial Zone de Wee Tian Beng. La balade de Yaya, dessiné par le chinois Golo Zhao est une série qui a la particularité d'être scénarisée par des Français. De nombreux éditeurs français se sont intéressés au 9ème art chinois depuis. Pour l’instant, le manhua est encore sous représenté sur notre marché par rapport au manhwa sud-coréen et surtout le manga japonais.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants