ZOO

Guy Delisle, mauvais père souriant, persiste et signe

Auteur(s) :
Guy Delisle

Guy Delisle a été primé à Angoulême en 2012 pour ses Chroniques de Jérusalem. Mais avec Le Guide du mauvais Père, ce chroniqueur du quotidien raconte sa vie de papa et revendique avec humour une autorité qu'il croit sans partage sur ses enfants.

Avec un tome 2, le mauvais père est de retour. Content de vous Guy Delisle ? Où prenez vous votre inspiration pour écrire ces histoires édifiantes d’un papa parfois décalé ?

Oui. Je me suis bien amusé. Je l’avoue. L’inspiration vient de notre vie quotidienne avec mes enfants. Ce sont des trucs vrais. Je ne pourrais pas inventer. Ce serait trop bateau. Bon, je brode un peu quand même.

Un exemple ?

L’histoire à la Réunion avec mon fils. On voulait se baigner et il y avait un drapeau d’alerte aux requins. J’ai un peu flippé. Il m’a demandé si cela faisait mal de se faire manger par un requin. Je lui ai répondu que ce qui ferait le plus mal c’est de l’annoncer à sa mère. Ok, il y a un peu d’humour noir (rires).

Louis a dix ans, Alice sept ans. Ils apprécient justement cet humour paternel ?

Ils n’ont pas lu le premier volume. Mais comme à l’école leurs copains lisaient les gags, j’ai fait lire à Louis le second au fur et à mesure. Il aime bien le requin. Dans le premier, je lui dis d’imaginer que le punching-ball, c’est sa petite soeur. C’est son passage préféré. Je crois que quand il sera ado ce sera plus compliqué. Alice est plus petite et pas très curieuse de tout cela.


La vie quotidienne ce sont aussi les devoirs oubliés dont on s’aperçoit le dimanche soir.

Oui, c’est arrivé à tout le monde. Mais quand j’écris sur cette trame par exemple, il y a des moments où je me dis que je ne devrais pas dire telle ou telle chose. Pour ce tome 2, je savais que ce serait un bouquin contrairement au tome 1 qui a été conçu à partir ce que je faisais sur mon blog. Ce n’est pas la même démarche.

Une suite est prévue ?

Mon éditeur aimerait bien car le succès est au rendez-vous et je m’amuse beaucoup. Je ne sais pas trop. Je prends des notes et j’ai des histoires d’avance qui ne sont pas rentrées dans cet album. De toute façon, il y aurait un intervalle d’un an avant le prochain.


Vous avez-pensé à en tirer un dessin animé ?

J’ai effectivement quelques contacts mais je ne pense pas le faire de suite car il faut avoir au minimum une trentaine d’histoires. Il faudrait que j’écrive beaucoup plus car l’animation c’est une grosse machine. Par contre Pyongyang va être adapté par le réalisateur de Pirates des Caraïbes.

Comment avez-vous décidé de passer du blog au papier ?

Je n’avais aucune prétention. C’est en en parlant avec Lewis Trondheim, directeur de la collection Shampooing chez Delcourt. Le format de cette collection convenait bien au sujet, la pagination aussi pour ce qui vient des blogs. Le Guide du mauvais père est une recette pour que les papas se détendent.

Et la maman de Louis et Alice, elle est le gardien du temple face à un papa plus permissif ?

J’ai remercié au début Nadège, leur maman, à qui je donne le mauvais rôle, celle qui exige que Louis sache ses leçons. Quand je dessine, je franchis des interdits que je ne dirai jamais dans la vie. J’ai adoré faire ces bouquins. C’est très drôle à dessiner. Il m’est arrivé de m’arrêter parce que je pleure de rire en racontant une histoire. Quand je veux apprendre à Louis à faire de la plomberie alors qu’il veut aller jouer avec sa console, il est dos vouté et on sent bien que ça l’em.... profondément.

Le papa a d’autres projets sous le coude ?

Un vieux projet, depuis quinze ans. Je voudrais raconter la vie d’un humanitaire qui a été pris en otage et est resté enfermé pendant trois mois. Il a été kidnappé en Tchétchénie. Il n’y aura pas d’humour. Ce seront tous les petits détails du quotidien qu’il a vécu. A la première personne. Pas de date de sortie mais ce sera chez Dargaud où j’avais travaillé dans la collection Poisson Pilote. J’ai repris l’histoire cinq fois, graphiquement, narrativement. Il faut définir la version. Et je n’ai pas de titre. C’est un projet qui avance lentement.

En mars, je vais en Pologne pour la traduction des Chroniques de Jérusalem et du Mauvais père. Ensuite je serai au festival d’Aix puis en Inde à la Comic Convention de Bangalore. Je vais être un papa très occupé.


Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants