ZOO

Marie-Angélique Le Blanc, l’enfant sauvage

Auteur(s) :
Gaëlle Hersent

Aurélie Bévière, Jean-David Morvan et Gaëlle Hersent ont passé plusieurs mois à donner vie à Marie-Angélique Le Blanc, une femme du XVIIe siècle au parcours exceptionnel. Sa vie hors du commun la mènera de sa tribu indienne à la petite noblesse parisienne, en passant par une adoption et une évasion dans la forêt qui durera plus de dix ans. Retour avec la dessinatrice Gaëlle Hersent sur les origines de Sauvage !

Peux-tu nous parler de ton parcours ?

J’ai commencé par faire deux écoles : l’école des Beaux-Arts d’Angoulême puis l’école de cinéma d’animation, d’Angoulême toujours ! J’ai commencé par travailler dans l’animation, où j’ai notamment travaillé sur Ernest & Célestine.

Comment as-tu commencé à travailler sur Sauvage ?

Je suis tombée un peu par hasard sur un article Wikipédia consacré aux enfants sauvages, où quelques lignes résumaient l’histoire d’Angélique. Après en avoir appris un peu plus, j’ai commencé à crayonner un petit peu. Le tournant s’est fait en 2011, quand j’ai rencontré Jean-David Morvan qui m’a demandé pourquoi je ne faisais pas de BD, ce à quoi j’ai répondu que je n’avais pas de scénariste !

Il m’a alors demandé si j’avais un sujet et j’ai commencé à lui parler de cette histoire. Il a accroché tout de suite. Quelques temps plus tard, nous avons rencontré Serge Aroles, un chirurgien qui a passé des années à recueillir de la documentation et à écrire la biographie de Marie-Angélique.

Comment as-tu fais pour donner vie à Marie-Angélique ?

Je me suis d’abord basé sur les gravures de l’époque représentant les Amérindiens. La difficulté, ça a été de la faire vieillir, de la faire passer d’une gamine à une vieille femme. Il y avait déjà les changements graphiques mais aussi les changements d’attitudes, de comportement. Je me suis aussi inspiré de L’Enfant sauvage de Truffaut. La manière dont bouge Victor dans ce film est très animale, notamment. Et je pense qu’au final il y a beaucoup de Truffaut dans la façon dont j’ai dessiné Marie-Angélique, si cela fait sens.


Quel a été l’élément déclencheur qui t’as mené à travailler sur sa vie ?

Une question assez bête finalement : quelle notre part d’animalité, quelle est notre part d’humanité ? L’humain est un animal extrêmement social, qui se définit par son rapport aux autres. J’étais donc déjà impressionnée par ses 10 ans de vie en forêt. Il y aussi le côté « femme de son siècle » : c’était une femme qui est restée célibataire, totalement indépendante, ce qui la rend très attachante et très atypique pour l’époque où elle vit. Elle est divisée, parce qu’elle veut être acceptée comme une personne normale, alors que les gens l’étiquettent « Sauvage ».

Une féministe avant l’heure ?

Je me le demande. Ce n’était pas voulu, elle ne l’a jamais revendiquée. Les bonnes soeurs l’ont refusée puis elle a pu bénéficier d’une rente royale. Après, que s’est-il vraiment passé pour elle ? Comment l’a-t-elle vécu ? On ne le saura jamais vraiment. Je pense que c’est un personnage qui peut encore révéler beaucoup de choses intéressantes. Nous n’avons finalement fait qu’interpréter sa vie pour pouvoir en faire une fiction. Et même si de très nombreux documents ont été recueillis, son histoire ne sera jamais vraiment complète...


Comment t’y es-tu prise pour reproduire l’ambiance de l’époque ?

C’était passionnant. J’ai pu me perdre dans des recherches qui ne me serviraient jamais simplement parce que c’était vraiment prenant ! Il y a aussi eu une exposition de la mode française de 1750 à 1900 au musée des Arts Décoratifs qui m’a permis de commencer à travailler sur les costumes.

Je ne voulais pas d’un fétichisme particulier pour les détails. Je ne voulais pas faire de belles robes, je voulais surtout dessiner les vêtements de l’époque. Il fallait aussi que je dessine relativement rapidement, donc je voulais surtout éviter la profusion de détails. Même si je me suis quand même un peu lâchée sur le château de Versailles. [rires]


Comment avez-vous travaillé en trio ?

Aurélie et Jean-David ont vraiment écrit le scénario à quatre mains : tout le déroulé des évènements et les dialogues. Après je me suis occupé des cadrages, des ambiances, des décors et des personnages avec pas mal de latitude pour le faire comme je le voulais.

Les couleurs restent vives sans pourtant l’être trop.

Je me suis d’abord inspirée des couleurs des peintures d’époque, du XVIIIe siècle. Mais je me suis aussi beaucoup reposée sur mon vécu, sur des ambiances qui m’ont marquées et que je voulais retranscrire. Il y a aussi la référence absolue des studios Ghibli : j’avais ce travail en tête sur les scènes de forêt notamment !

Quels projets pour l’avenir ?

Plusieurs projets, mais rien de définitif ! Je dois dire que j’aimerais bien écrire pour un nouvel album...

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants