ZOO

Entretien avec Charles Masson à propos de « Jusqu’au printemps »

Louise et Marie ont vingt ans. Devenir monitrices de colonie en Corse est leur objectif. Ni l’une ni l’autre ne sait nager. En évoquant l’origine sociale modeste par le quartier, le manque d’accès à la piscine, la proximité des gitans, la portée des rêves de vie future, le lecteur est plongé dans un univers que l’enthousiasme des deux jeunes filles illumine.

Nous sentons que vous portez une véritable tendresse pour vos personnages. Est-ce une « histoire vraie » comme on se plaît à le croire?

Charles Masson: « Oui, c'est une petite histoire comme on en voit tant dans la vie. Ni plus, ni moins intéressante que tant d'autres, mais pour des histoires de caractère de la mamie, de date ou de calendrier, elle est devenue insolite et touchante. Racontable en somme ».

Charles Masson est engagé comme médecin et auteur

Charles Masson est engagé comme médecin et auteur © Delcourt

Avez-vous déjà défini le ou les prochains tomes de ce qui promet d’être une série?

CM: « C'est mon nouvel éditeur, Grégoire Seguin, chez Delcourt qui m'a proposé de faire une série. Ça m'a surpris au début, car je ne suis pas un « auteur de série ». Je travaillais avant dans une collection. Une série pour moi tout seul, ça me paraissait un peu démesuré, surdosé en égo. Mais il m'a dit qu'il avait fait la même chose avec Philippe Squarzoni. C'est un vrai copain et on ne peut pas dire qu'il soit mégalo, alors j'ai accepté. Ce sera une série courte et je vais me fixer sur les saisons de l'année, le premier est “Jusqu'au Printemps” ».

« Viendra l'été, puis l'automne et l'hiver. Chaque histoire sera nouvelle, car mes personnages survivent rarement à leurs histoires. C'est aussi rassurant, car j'ai enfin une demande d'un livre suivant quand j'en finis un, contrairement aux one- shot. C'est une technique de séduction d'un éditeur, je ne suis pas dupe, mais c'est bien de se sentir désiré parfois ».

Pour raconter cette histoire, le choix du voyage en Corse comme point de départ a-t-il été le fruit d’une maturation des idées ou fut il une évidence?

CM: « Moi, je n'ai vu qu'une petite mamie de 80 ans en consultation, avec sa vie de mamie, à deux à l'heure. Ce qui a été intéressant, c'est de lui imaginer une vie de jeune fille, qui galope, qui rigole et qui est futile. J'avais déjà la fin de l'histoire et sa meilleure copine. Sa copine d'enfance et de toute une vie est venue me parler de leur voyage en Corse . Elle me livrait, en plus de la fin de l'histoire, un épilogue, et ça c'est le luxe! J'adorais les premiers livres de John Irving qui étaient de longs épilogues. J'ai pu m'amuser ensuite à inventer ».

Charles Masson délivre une version numérique interactive

Charles Masson délivre une version numérique interactive © Delcourt

Le graphisme est sobre. Rares sont les « grandes pages ». Pouvez-vous expliquer ce choix?

CM: « D'habitude je ne travaille pas en gaufrier et mon plaisir est même de faire des cases en hauteur, à la “ Battaglia ” , mais pour cette BD j'ai travaillé tout en longueur sur une longue bande. Je prévoyais l’adaptation en BD numérique avec Philippe Rolland de Stripop ».

« Chaque chapitre était découpé pour être modifié en BD numérique. De même, j'ai travaillé sur deux ou trois calques pour que les plans bougent les uns sur les autres. C'était contraignant mais marrant et le résultat vaut le coup. Sur 63 pages c'était possible, sur un roman graphique, j'aurais craqué ».

La BD dynamique en accès libre sur internet le sera-t-elle encore après la publication de l'album?

CM: « Non, la BD numérique a été mise en ligne à partir de fin janvier sur le site de Delcourt et sur notre site. C'est deux mois avant le livre à un rythme d'un épisode, par semaine, pendant 9 semaines. Le livre papier sera un bonus, mais on veut d'abord que les gens lisent le livre sur leurs portables. C'est un pari avec l'éditeur... Le livre est parfaitement gratuit et entier sur le net, et les lecteurs achèteront la version papier ou l'offriront. On essaie un nouveau modèle. Les autres modèles de BD numérique ont été des échecs; on verra bien ».

La version numérique a des animations et des ambiances sonores

La version numérique a des animations et des ambiances sonores © Delcourt

Les chapitres ont une couleur dominante. Le printemps, soudain, est bien plus coloré!

CM: « Je suis daltonien et les couleurs sont un vrai problème pour moi, alors j'ai travaillé en bichromie. Ce n'est pas parce qu'on est daltonien qu'on n'aime pas les couleurs et obligé de travailler en noir et blanc. Donc j'ai pris une couleur par saison, et pour la petite mamie un rouge reconnaissable, comme dans Hellboy ».

L’auteur précise avec humour : « Là s'arrête la comparaison ».

L’amie, Louise, qui prit contact avec vous, je suppose qu'une nouvelle relation s’est établie sur la durée. A-t-elle lu votre BD?

CM: « Hé, non... Je sais que je vais vous décevoir, mais j'étais tellement sidéré par sa visite, et l'émotion qui s'en dégageait que je n'ai même pas retenu son nom . Elle est partie et je ne l'ai pas revue, comme une petite mamie qui vient chez le docteur. C'est un truc courant, des mamies qui viennent chez le docteur. Marie, oui, je me souviens de son nom, et je me souviendrai de son printemps ».

Le livre est découpé en 9 épisodes

Le livre est découpé en 9 épisodes © Delcourt

Pour aller plus loin

Nostalgie

Humour

Pif

Quotidien

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants