ZOO

Colossale, un shojo unique en son genre

Auteur(s) :
Diane Truc, Rutile

Diane Truc et Rutile ont marqué durablement la plateforme Webtoon avec leur shojo novateur Colossale en novembre 2020. Fortes de leur succès, les deux autrices adaptent leur manga numérique en papier aux éditions Jungle en janvier 2023. L’occasion de les rencontrer et de discuter des coulisses de leurs projets girly et musculeux.

Comment vous est venue cette idée d’une jeune femme de l’aristocratie fan de musculation ?

Diane Truc : C’est en 2020 qu’on s’est lancées Rutile et moi à l’occasion du premier concours de la plateforme Webtoon. A l’époque Colossale avait d’abord été commandé par un studio d’animation pour lequel je travaillais. Le but était de faire quelque chose de très shojo, qui répond à tous les codes coréens, avec un triangle amoureux, etc.

Colossale

Colossale © Jungle, 2023

J’adore le shojo. Pour moi, c’était du pain béni. Pour l’inspiration, il me fallait un thème qui me passionnait. Et ça faisait un an que j’avais commencé la musculation. Dans les shojo, on a souvent un personnage avec un objectif auquel son entourage fait obstacle. Alors je me suis dit que mettre mon personnage dans un contexte aristocratique, un des environnements les plus genrés que l’on puisse avoir en France, c’était parfait. On s’est beaucoup documentées sur l’aristocratie. Parce que pour la muscu j’ai de quoi me documenter, mais l’aristocratie on ne peut pas y mettre les pieds comme ça. On a lu les bouquins des Pinçon-Charlot et aussi les BD de Florence Dupré la Tour.

Cette histoire et ses personnages vont à l'encontre du shojo classique et en même temps respectent énormément d’archétypes du genre !

D. T : Les clichés les plus shojo sont venus au fur et à mesure de l’écriture. Et puis ça nous faisait trop kiffer ! On est vraiment fans de shojo toutes les deux.

Rutile : Le shojo c’est un chouette genre ! Ce qu’il faut savoir c’est que Diane déteste les romances normalement. Il fallait la convaincre ! (Rires)

D. T. : J’ai été très exigeante. Elle me sortait des idées et je disais « eeww ». Puis avec le découpage, tout prenait corps.

Colossale

Colossale © Jungle, 2023

R. : Dans nos références, il y avait déjà un côté un peu « commentaire », avec un retour sur les codes du genre. On cite par exemple Peach Girl et Princess Jellyfish. On ne voulait pas non plus se placer en opposition complète avec le genre. Surtout qu’on voulait représenter le bon shojo et dépasser l’étiquette du produit fait par des meufs pour des meufs.

D.T. : Le shonen c’est un genre avec des thèmes, alors que le shojo c’est un public, un manga qui s’adresse aux filles.

R. : La romance shojo a quasiment disparu. Il y avait Fruits Basket et Nana en tête des ventes en 2008. Côté Japon, c’est un genre qui a dû péricliter à cause des éditeurs. Le webtoon est donc venu suppléer ce manque de romance. Colossale ce n’est pas qu’un shojo post-moderne bourdieusien, c’est un commentaire sur les webtoons eux-mêmes.

Le retour du shojo en webtoon apporte aussi son lot de productions très caricaturales, divertissantes mais avec peu de recul… On le voit avec les pubs par exemple pour Webtoon.

R. : On fait partie d’une génération d’autrices qui sont au courant de ce avec quoi elles ont grandi. Des trucs avec pas toujours de recul, un peu tendancieux. On est conscientes des problèmes que ça peut occasionner.

D. T. : Les Coréens sont très en avance d’un point de vue technologique mais d’un point de vue progressisme, question sexiste, ils ne sont pas du tout raccord avec la France. Les lectrices françaises attendent autre chose.

R. : La romance peut apporter beaucoup plus que ce qu’on nous montre.

Votre galerie de personnages déconstruit beaucoup de clichés. Vous êtes-vous inspirées de personnes en particulier ?

R. : Jade c’est Diane. Faut le dire au bout d’un moment ! (Rires)

D. T. : Je m’en suis rendue compte tard. (Rires)

R. : Diane est un personnage de shojo de la vraie vie. Elle est webtooneuse le jour, catcheuse la nuit.

D. T. : Sinon Anthony et Sébastien sont des amis de Rutile.

R. : L’un des deux est une drag queen assez célèbre en France et l’autre travaille dans un hôtel. Je voulais représenter un couple qui sort des clichés habituels, qu’on invisibilise souvent.

D.T. : Et Anna est inspirée d’une meuf que j’ai rencontrée en salle de muscu et qui m’avait aidée à régler la cage à squat !

R. : Nathanaël c’est un peu Jean Sarkozy… (Rires).

Colossale

Colossale © Jungle, 2023

Allez-vous refaire des webtoons ensemble ?

R. : Je crois énormément dans le webtoon. J’ai travaillé pendant 15 ans dans la bande dessinée papier mais je n’ai jamais vraiment rencontré mon public. Le monde de l’édition papier est assez bouché. Et pour faire ce qu’on veut faire, du format long avec un public féminin, il n’y a rien de mieux que le webtoon. Les gens n’achètent pas quelque chose qu’ils ne connaissent pas. Pour découvrir de la nouveauté en BD, il faut faire un investissement. Alors que si on fait ses preuves, on peut être plébiscités. C’est le même fonctionnement que le magazine de prépublication. Mais une grande partie de ces magazines ont disparu en France…

Mais pour répondre à la question : oui. On a pour projet de faire d’autres webtoons. Mais on ne veut pas faire une deuxième saison de Colossale. C’était trop dur et pas assez bien payé. Diane est super efficace, c’est une machine de guerre. Mais même elle, après un an et demi, elle tirait la langue à la fin du projet.

D. T. : Avec ce que ça demande d’investissement physique, mental et financier, ce ne serait pas possible de le refaire.

Quels sont ces nouveaux projets webtoon alors ?

R. : On m’a offert un poste d’éditrice de webtoon sur la plateforme de Média Participation. Elle sera lancée en janvier avec quatre nouveaux webtoons. J’ai réfléchi à un modèle économique avec Yllogique, avec qui je travaille sur Vertu de Saint-Cyr. Un modèle viable et pas inhumain. On verra si ça marche… C’est un gros risque mais on veut montrer notre idée du webtoon français !

Le fonctionnement du webtoon actuel ne rémunère pas correctement les artistes…

R. : J’ai participé à une table ronde à Angoulême sur le sujet. Le seul avantage qu’apporte la plateforme webtoon par rapport à l’édition française BD et ses tarifs, c’est qu’elle paye les artistes en « flat ». Ce ne sont pas des avances sur droits, les chapitres sont payés à la production. Et puis avec Colossale, on avait conservé nos droits papiers, nos droits audiovisuels… Ce qui n’est pas le cas dans l’édition papier.

Colossale

Colossale
© Jungle, 2023

Qu’est-ce que votre adaptation en manga papier va vous apporter selon vous ?

D. T. : Je ne pensais pas que Colossale me mettrait le pied à l’étrier comme ça dans le monde de l’édition française. J’ai eu deux petits tafs d’édition supplémentaires à la suite de la sortie de Colossale. Par exemple, je ne pensais pas pouvoir rentrer dans le monde de l’illustration jeunesse sans passer par une école, des contacts... Et pour Rutile, je pense que c’est la première œuvre où elle est estimée à sa juste valeur ! Je pense que grâce à notre adaptation papier on regarde notre travail avec un peu moins de dédain.

R. : Le rapport avec le public est hyper important : les gens vont manipuler l’objet. On va sûrement toucher un autre public que celui d’internet. On a pensé Colossale uniquement pour le web, donc il y a eu un véritable travail d’adaptation, très bon, fait par le studio S&B solutions. On est aussi revenues dessus. Diane a produit une quantité folle de couvertures, de dessins, de bonus.

Il y a pas mal de contenu exclusif dans le manga papier : un guide de muscu, des jeux…

D. T. : Je voulais vraiment faire un petit guide de muscu parce que tout au long de la série, les lecteurs nous ont dit que ça leur avait donné envie de se remettre au sport. Quand j’ai commencé la muscu, j’avais tellement de questions. Alors j’ai voulu compiler tout ce que j’avais appris en 3 ans de muscu.

R. : C’est aussi l’école fanzine, on est deux fanzineuses. On a toujours des idées pour des goodies. On ne manque pas d’idées, de petites histoires. Dans l’édition collector, on a préparé une petite histoire inédite sur Léontine. Dans le prochain collector, on en fera une sur la salle de muscu et comment Jade l’a rejointe.

Diane Truc, Rutile : Colossale, un shojo unique en son genre

© Jungle, 2023

Est-ce qu’il y aura une saison 2 Colossale ?

R. : J’ai des idées pour une suite mais pour l’instant on ne sait pas. Tout dépend si cela fonctionne ! Mais s’il devait y avoir une suite ça serait avec les éditions Jungle et uniquement en papier.

D. T. : Avec ce webtoon, on se lance dans des trucs et on ne sait pas vraiment où ça va nous mener !

Découvrez en bonus la collaboration de Diane Truc et Rutile sur un webtoon d’action (pour l’instant en stand-by) dont voici le premier chapitre.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants