ZOO

Tromelin, l’île des esclaves oubliés au Musée de L'Homme

Il vous reste à peine un mois (jusqu'au 3 juin prochain) pour voir au Musée de L'homme la très belle exposition : Tromelin, l’île des esclaves oubliés, où les visiteurs découvrent l’incroyable histoire d’esclaves malgaches ayant survécu 15 ans sur un îlot d’à peine plus d’un kilomètre carré après avoir été abandonnés par un navire de la Compagnie française des Indes orientales. Histoire narrée par le dessinateur Sylvain Savoia en 2015 dans son album Les esclaves oubliés de Tromelin.

 Tromelin, l’île des esclaves oubliés - Regard du dessinateur Sylvain Savoia

Tromelin, l’île des esclaves oubliés - Regard du dessinateur Sylvain Savoia

Il y a plusieurs années, le dessinateur Sylvain Savoia a rejoint une expédition sur l’île Tromelin. De là est sa bande dessinée dans la collection Aire Libre de chez Dupuis : Les esclaves oubliés de Tromelin qui redonne la parole aux esclaves, mêlée au journal de bord d’une mission archéologique. À l’occasion de l’exposition au Musée de l’Homme, Aire libre propose une édition enrichie réalisée en partenariat avec le Muséum national d'Histoire naturelle. Cette édition spéciale comporte un dossier de 8 pages de dessins inédits présentant la chronologie de l’esclavage et de son abolition ainsi qu’une nouvelle jaquette.

Quant à l'exposition, celle-ci questionne le visiteur sur notre passé colonial, sur les limites de notre humanité et fait écho à l’article 4 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme "Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude ; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes".


Exposition Tromelin, l’île des esclaves oubliés

Exposition Tromelin, l’île des esclaves oubliés
© MNHN


L'Histoire ?

Parti de Bayonne le 17 novembre 1760, l’Utile, un navire de la Compagnie française des Indes orientales, s’échoue le 31 juillet 1761 sur l’île de Sable (aujourd’hui île de Tromelin), un îlot désert de 1 km² au large de Madagascar, à 500 km de la première terre. Il transporte 160 esclaves malgaches achetés en fraude et destinés à être vendus à l’île de France (l’île Maurice actuelle). L’équipage regagne Madagascar sur une embarcation de fortune, laissant derrière eux 80 esclaves sur l’île, avec la promesse de venir bientôt les rechercher. Ce n’est que quinze ans plus tard, le 29 novembre 1776, que l'enseigne de vaisseau, futur chevalier, Tromelin, commandant la corvette La Dauphine, sauve les huit survivants : sept femmes et un enfant de huit mois.

Tous les jours de 10 h à 18 h, sauf le mardi. Musée de l'homme, Paris.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants