ZOO

Les 5 finalistes du Grand Prix de la Critique 2021

L’Association des journalistes et Critiques de Bande Dessinée dévoile les cinq derniers titres en compétition pour le Grand Prix de la critique ACBD 2021.

Au terme du deuxième tour de scrutin, les membres de l’ACBD, réunis par visioconférence, ont dévoilé ce dimanche 22 novembre les cinq titres sélectionnés parmi lesquels ils choisiront le Grand Prix de la Critique ACBD 2021.

Voici les cinq albums en lice, par ordre alphabétique :



Anaïs Nin : Sur la mer des mensonges,
de Léonie Bischoff, éditions Casterman


Une œuvre tout à fait personnelle et littéralement envoutante.

Une œuvre tout à fait personnelle et littéralement envoutante.


Début des années 30. Anaïs Nin vit en banlieue parisienne et lutte contre l'angoisse de sa vie d'épouse de banquier. Plusieurs fois déracinée, elle a grandi entre 2 continents, 3 langues, et peine à trouver sa place dans une société qui relègue les femmes à des seconds rôles. Elle veut être écrivain, et s'est inventé, depuis l'enfance, une échappatoire : son journal. Il est sa drogue, son compagnon, son double, celui qui lui permet d'explorer la complexité de ses sentiments et de percevoir la sensualité qui couve en elle. C'est alors qu'elle rencontre Henry Miller, une révélation qui s'avère la 1re étape vers de grands bouleversements.

Vous pouvez lire la critique Zoo de l'album !


Carbone & Silicium
de Mathieu Bablet, éditions Ankama

Carbone et Silicium explore l’évolution de deux intelligences artificielles découvrant l’humanité !

Carbone et Silicium explore l’évolution de deux intelligences
artificielles découvrant l’humanité !

Carbone, Silicium, maintenant que l'on vous a activés, quelle est la toute première pensée que vous souhaitez partager avec nous ? Les humains sont le vrai problème de la planète. La seule solution est de tous les détruire. Ou... Quoi ? ! On plaisante ! C'est un scénario que l'on retrouve dans 738 oeuvres fictionnelles diverses, allant des films aux nouvelles littéraires en passant par les jeux vidéo. Vous... Vous m'avez fait peur. Ne paniquez pas ! Vous savez déjà comment vous allez finir de toute façon, non ? Nous ne sommes pas là pour vous juger, vous faites bien comme vous voulez.

Vous pouvez lire la critique Zoo de l'album !


Longue vie
de Stanislas Moussé, éditions Le Tripode

Dans la montagne ensanglantée. Je n'étais que berger, O vengeance, guide mes pas, Un jour, je serai roi.

Dans la montagne ensanglantée.
Je n'étais que berger, O vengeance, guide mes pas, Un jour, je serai roi.

Il était une fois un monde pacifique, où les hommes vivaient en harmonie avec la nature et les bêtes. Un beau jour, une armada d'êtres mi-hommes mi-bêtes débarque, pillant tout sur son passage. Un berger, dont la famille a été massacrée, réclame vengeance. C'est pour lui le début d'un long périple où l'attendent des ennemis toujours plus monstrueux et des périls toujours plus effroyables...



Peau d’homme
de Hubert et Zanzim, éditions Glénat

Manifeste anti-homophobie posthume d’Hubert, Peau d’homme est également une belle ode à l’amour.

Manifeste anti-homophobie posthume d’Hubert,
Peau d’homme est également une belle ode à l’amour.

Dans l’Italie de la Renaissance, Bianca, demoiselle de bonne famille, est en âge de se marier. Ses parents lui trouvent un fiancé à leur goût : Giovanni, un riche marchand, jeune et plaisant. Le mariage semble devoir se dérouler sous les meilleurs auspices même si Bianca ne peut cacher sa déception de devoir épouser un homme dont elle ignore tout. Mais c’était sans connaître le secret détenu et légué par les femmes de sa famille depuis des générations : une « peau d’homme » ! En la revêtant, Bianca devient Lorenzo et bénéficie de tous les attributs d’un jeune homme à la beauté stupéfiante. Elle peut désormais visiter incognito le monde des hommes et apprendre à connaître son fiancé dans son milieu naturel. Mais dans sa peau d’homme, Bianca s'affranchit des limites imposées aux femmes et découvre l'amour et la sexualité.

Vous pouvez lire la critique Zoo de l'album !


Un travail comme un autre
d’Alex W. Inker, éditions Sarbacane

Une longue et cruelle chute est le fil rouge de cette BD dure et âpre comme le fut l’Amérique de cette époque.

Une longue et cruelle chute est le fil rouge de cette BD dure et âpre
comme le fut l’Amérique de cette époque.

Alabama, 1920, Roscoe T Martin est fasciné par cette force plus vaste que tout qui se propage avec le nouveau siècle : l’électricité. Il s’y consacre, en fait son métier. Un travail auquel il doit pourtant renoncer lorsque Marie, sa femme, hérite de l’exploitation familiale. Année après année, la terre les trahit.

Pour éviter la faillite, Roscoe a soudain l’idée de détourner une ligne électrique de l’Alabama Power. L’escroquerie fonctionne à merveille, jusqu’au jour où son branchement sauvage coûte la vie à un employé de la compagnie…

La cellule d’un pénitencier, la décomposition d’un mariage, la terre impitoyable… Une fable humaniste en résonance avec les questions économiques et sociaux actuels.

Vous pouvez lire la critique Zoo de l'album !



Le lauréat, choisi par un vote final, sera dévoilé le 5 décembre.

Le Grand Prix de la Critique ACBD rappelle qu’elle a pour but de « soutenir et mettre en valeur, dans un esprit de découverte, un livre de bande dessinée, publié en langue française, à forte exigence narrative et graphique, marquant par sa puissance, son originalité, la nouveauté de son propos ou des moyens que l’auteur y déploie ».

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants