ZOO

Alain Dodier : Variations autour d’un héros en solex

Le Cabaret Vert se poursuit sous le soleil... mais aussi en nocturne, y compris pour la partie BD. Vendredi soir était projeté à 23h Gimme Shelter, un documentaire de 1970 sur le tristement célèbre festival d’Altamont qui a été une importante source de Charlie Adlard pour dessiner son dernier album. Et le samedi soir avait lieu des battles BD en plein air, dans lesquelles deux dessinateurs s’affrontaient sur des thèmes imposés. Un public nombreux allant au-delà de la sphère des amateurs de bande dessinée assistait à ces impros animées avec beaucoup d’humour. Mais revenons sur le déroulement de la journée, avec la remise du prix BD Cabaret Vert (qui récompense un album adulte) par la Ministre de la Culture Rima Abdul-Malak à Jade Khoo pour son album ZOC et à notre rencontre avec Alain Dodier.

Depuis quatre décennies, Alain Dodier a conquis le coeur des lecteurs avec son détective de quartier, Jérôme K Jérôme Bloche. Alain partage avec nous ses réflexions sur la musique, sa source d'inspiration, et nous dévoile le processus créatif de ses histoires.

Même si Alain Dodier a débuté sa carrière dans Pistil, journal pour enfants teinté d’écologie, il ne s’est jamais considéré comme un auteur engagé : « Je fais plutôt de la BD pour me distraire, pour faire rêver les gens. En 1977, lorsque Pistil s'est créé, c'était au départ une hebdomadaire effectivement qui surfait sur la vague écologique. Avec Pierre Makyo, on a commencé ensemble, on était plus que débutants. On habitait la même ville. En 1977, j'étais à l'armée en Allemagne. Et Makyo a commencé à collaborer avec Pistil, grâce à un cousin parisien. Il m'a envoyé en Allemagne les scénarios des premiers gags d'un petit personnage qu'on avait conçu avant que je parte. Je dessinais donc à la caserne. Je n’ai pas accepté car c’était un magazine écolo, mais pour être publié ! Le personnage était un petit flic gentil et rêveur, Janotus, donc ça me correspondait un peu. Ce n'était pas à contre-emploi, comme l’aurait été une série avec un guerrier. J'étais dans l'esprit. Et ça a duré deux-trois ans. Et voilà, je me retrouve au Cabaret Vert 45 ans plus tard ! » Un autre personnage rêveur a donné lieu à une série de Makyo et Dodier : Gully. « Effectivement, ça correspond bien à notre tempérament à Pierre et à moi. »

Evoquons ensuite le héros récurrent, colonne vertébrale de la carrière de Dodier depuis 40 ans : Jérôme K Jérôme Bloche. « Je continue à le dessiner parce que ça m’amuse toujours autant, sinon plus, d'ailleurs ! » Et à la question de savoir s’il voit le personnage différemment de quand il a été créé, Dodier répond : « Non, pas vraiment. Je continue à le découvrir parce que je le faisais intuitivement. C'est un personnage qui ne pense pas, qui n’a pas de réflexion personnelle. Il est dans l’action, surtout, et dans la réaction : il rebondit ! »

Dodier acquiesce quand on lui fait remarquer que Jérôme et lui avaient le même âge, quand il l’a créé : « Il avait mon âge, alors. J’avais 26 ans ! ». La création du personnage a été faite avec Pierre Makyo. « On faisait essentiellement du dessin comique. Or, plus moyen d’en placer. Tintin, c’était non, Spirou non plus, la revue Pistil c’était fini. On a essayé du côté de Fleurus, Bayard… C'était non partout. Donc j'ai proposé à Pierre de changer notre fusil d'épaule. Je pouvais faire une série réaliste. On avait déjà fait un petit détective privé en comique qui s'appelait Pijannot. J’ai demandé à Makyo s’il pouvait trouver une idée là-dessus, mais en réaliste. Il est revenu le lendemain avec les six premières pages de scénario écrites ! »

Et le co-scénariste des premiers albums, Serge Le Tendre ? « Makyo allait souvent à Paris et il a fait la connaissance d'un jeune scénariste qui s'appelle Serge Le Tendre ; ils se sont bien entendus tous les deux. Donc quand Makyo est revenu à Dunkerque, il m’a demandé si cela m’embêtait qu’il fasse le scénario de Jérôme K Jérôme avec lui. Je lui ai répondu que du moment que j’avais le scénario en temps et heure, c'était leur problème. A l'époque, ce n'était pas une mince affaire pour que les deux se réunissent parce qu’en 80-82, Paris Dunkerque en train prenait 3h30 avec un changement à Arras. Et le téléphone, je ne vous dis pas ce que ça coûtait alors ! On ne passait pas des appels à volonté. Ce qui fait qu’après les deux premiers tomes, Serge Le Tendre a jeté l’éponge pour le troisième. Pour deux raisons : d'une part parce que la liaison Paris-Dunkerque n’était pas pratique, d’autre part parce que La Quête de l’Oiseau du Temps commençait à bien marcher. »

Et le départ de la série de Makyo ? « Donc Pierre fait le troisième tome de Jérôme tout seul. Et voilà que pour lui Balade au bout du monde cartonne ! D'un seul coup, le succès ! Donc il a eu des sollicitations de différents dessinateurs qui pour nous, Dunkerquois, étaient carrément des stars du style Christian Rossi. Donc Pierre me dit : « Là, je n'ai plus trop le temps. Ça te dérange si tu fais le scénario seul ? » Il m'avait déjà fait le coup, mais c'était alors pour des gags. Donc voilà pourquoi je me suis attelé au scénario du quatrième tome. Moi, je n’étais pas contre, mais je n'avais aucune expérience ! Et j'y ai pris goût. »

Comment qualifier Jérôme ? D’aventurier du quotidien ? Dodier de répondre : « Jérôme K Jérôme, plus modestement, c'est un détective de quartier, comme les médecins ! Un détective de proximité. » Dodier aime évoquer son héros : « Il est plutôt rêveur. Il ne roule pas en Porsche comme Ric Hochet… parce que moi, je me déplace à vélo. Donc Jérôme se déplace en Solex parce que déjà, en dans les années 80-82, le Solex, c'était ridicule ! À l'époque, pour un jeune, le Solex, c'était la honte ! Donc hop, bonne idée complètement anachronique, le type hors du temps, en fait. Voilà ! » Et Dodier a un solex : « J'ai mis des années à en trouver un dans une brocante. Je me suis empressé de l'acheter pour l’avoir comme modèle. »

Jérôme K. Jérôme Bloche Tome 27

Jérôme K. Jérôme Bloche Tome 27 © Dodier - Dupuis

Dodier étant amateur de musique classique, dessine-t-il en musique ? « J’étais branché musique classique mais je n’écoute plus de musique. Je me demande si ce n'est pas du fait d'être scénariste que je trouve plus utile et plus agréable d'écouter la radio toute la journée, même si je ne tends pas l'oreille. J'imagine qu’il y a des choses qui doivent s'inscrire au plus profond du cortex et qui peuvent servir. C'est de la nourriture… alors que la musique, pas du tout : c'est l'émotion la distraction, mais ce n'est pas utile dans la perspective de faire du scénario. À un moment donné, j’étais branché sur France Musique du matin au soir. Peut-être qu'il finit par y avoir une forme de lassitude… Cela dit, quand par hasard passe à la radio un morceau de Jean-Sébastien Bach, de musique sacrée, de Vivaldi, je ne peux pas m'empêcher d'avoir un frisson. Et de tendre l'oreille. Mais ce n'est pas volontaire. »

Dodier précise : « Moi, j'en étais encore à l'époque des disques. Quand il n’y a pas grand-chose qui m'intéresse à la radio, le dimanche, je reviens un petit peu à la musique grâce à YouTube. C'est vachement pratique ! Et là, je vais carrément sur la musique contemporaine où, contrairement à la musique classique, je suis nul ! Aucune culture ! L'enchaînement des œuvres, des auteurs etc. je vais dans le brouillard complet ! Et ça me plaît, c'est différent, ce n'est pas la même émotion. »

Quant à aller à des concerts, non, jamais. « Au Cabaret Vert, c’est ma fille qui m’a amené ! » Et d’avouer : « Moi, j'étais déjà un vieux étant jeune ! En principe, j'aurais dû m'intéresser aux Rolling Stones, à Pink Floyd. Et moi, j’écoutais Bach, Ravel, Vivaldi. J’avais tout faux ! Un jour, j'ai appris que l'attraction était, paraît-il, les Beatles, j’en parle et on m’a répondu « Ah oui, tu es gentil, ça fait 5 ans qu’ils sont séparés ! ». Excusez-moi. C'est comme ça. »

Quand on lui demande s’il n’aimerait pas refaire un pas de côté dans l’humoristique, comme avec Gully (NDR : le tome 6 Les vengeurs d’injures, paru en 2008), Dodier balaie l’idée. « C'était la demande du rédacteur-en-chef de Spirou de l'époque : raconter une histoire de Gully 20 ans après l’arrêt de la série. Je l’ai fait avec un certain plaisir mais je me suis rendu compte que je n'étais plus trop dans le coup. Je pense qu’avec Jérôme, comme j'ai les deux casquettes de scénariste et de dessinateur, j'ai deux boîtiers de cerveau : une moitié qui sert à faire des scénarios et l'autre moitié à mon métier de dessinateur. Et finalement c'est pas mal ! Je pense que cela m’est bénéfique. Mon album en cours est bien entamé,. J’en suis aux trois-cinquièmes. Quand en fin d'année je mettrai le mot « fin » à cette histoire, je serai bien content de ne plus dessiner pendant 4-5 mois, le temps faire le scénario suivant. Ce qui fait qu’inversement, au bout de 4-5 mois de scénario, je suis content de reprendre le crayon ! Donc je ne me lasse jamais. Donc, envie de faire autre chose ? Surtout pas ! Quand on me demande si je veux « sortir de ma zone de confort », comme on dit, je réponds : « Vous voulez ma place ? Vous verrez si c'est confortable ! »

Combien de temps sur le dessin d’un album ? « Le précédent faisait 70 pages. Une semaine par page, ça fait déjà 70 semaines, plus évidemment le retard ! On va arriver à 80 semaines. Ça fait quoi, un an et demi ? Donc il y a en gros à peu près deux ans entre chaque album, deux ans après. »

Rendez-vous dans le prochain article pour de nouvelles rencontres !

Haut de page

Commentez

1200 caractères restants